GAEC Joly
Accueil > Présentation > L’exploitation en bref

L’exploitation en bref

Odile, Bernard et Michel Joly, associés du GAEC JOLY

Nous travaillons 220 ha de prairies et 30 ha de céréales (réservées aux animaux) au nord d’Autun, en Saône et Loire, dans le Morvan aux collines granitiques, au cœur de la Bourgogne, berceau de la race Charolaise.

Nous pratiquons l’élevage allaitant : nos 140 vaches Charolaises vêlent la plupart en hiver et au printemps, allaitent leur veau au pré jusqu’à leur sevrage à l’âge de 9-10 mois à l’automne.

Nous sommes en région d’élevage extensif : il y a peu d’animaux à l’hectare, l’aliment principal est l’herbe, ce qui permet de respecter la croissance naturelle des animaux. Les prairies se répartissent en prairies permanentes (collines, terres difficilement labourables) et prairies cultivées qui produisent plus d’herbe (terrains labourables de meilleure qualité, semis de mélange d’espèces adaptées produisant une herbe aux qualités nutritives équilibrées).
5 à 10 ha de maïs destinés à l’ensilage [1] complètent l’alimentation des jeunes mâles .

Nous avons choisi de suivre notre produit le plus loin possible :

Les veaux mâles sont vendus jeunes (15 mois) à des ateliers d’engraissement car nos terres, contrairement à celles des régions céréalières, sont peu propices à leur engraissement rapide.

Les veaux femelles restent pour les 2/3 pour le renouvellement du cheptel de souche (pour faire naître des veaux) et pour 1/3 sont finies avec les céréales de la ferme, après 3 saisons de pâturage, à l’âge de 2 ½ ans – 3 ans : c’est l’âge nécessaire à la race Charolaise pour atteindre naturellement sa taille adulte et produire ainsi une viande de qualité.

Les vaches vêlent 6 à 8 fois puis sont réformées : l’alimentation de finition comprend du foin, de la farine des céréales de la ferme, des tourteaux [2] d’oléagineux.

La totalité des bêtes destinées à la boucherie sont conduites selon le cahier des charges du Label Rouge pour laquelle la ferme est agréée. Nous sommes donc engagés dans une démarche de qualité :
- alimentation respectant le rythme naturel de croissance des animaux en particulier avec l’allaitement jusqu’à un âge suffisant
- nombre de saisons de pâturage nécessaire
- hygiène et confort
- traçabilité

Nous adhérons à l’association "Bœuf de Charolles" qui travaille à la reconnaissance de l’A.O.C "Bœuf de Charolles" : le périmètre (en cours de reconnaissance) délimite les régions dont les sols aux caractéristiques spécifiques génèrent une flore particulière des prairies. Les méthodes traditionnelles d’élevage s’y perpétuent, en particulier pour les bêtes finies : 3 saisons de pâturage, alimentation de finition au foin uniquement, complémentée de céréales et de tourteau de lin. L’agrément de la carcasse requiert une conformation, un grain et une couleur de viande, une qualité de l’os et du gras déterminés.

Nous vendons environ 20 bêtes par an (génisses 30 à 36 mois, jeune vache ayant vêlé une fois, bœufs) en direct au consommateur, ce qui nous permet de voir aboutir notre travail d’éleveur. Par ailleurs, le contact direct avec le consommateur nous paraît indispensable pour faire connaître nos méthodes d’élevage qui permettent de fournir un produit fiable sanitairement, gustativement et dont nous assurons la traçabilité. A l’inverse, nous sommes à l’écoute du consommateur, ce qui nous permet de mieux comprendre les évolutions du marché.

Nous faisons transformer une partie de la viande en conserves par un traiteur du Morvan (à Onlay, dans la Nièvre dont nous sommes tout proches) : il travaille selon ses recettes personnelles et nous restitue les conserves correspondant à notre livraison. Leur durée de conservation est de 3 ans.

Notes

[1Ensilage : plante coupée, hachée, tassée pour conservation sur plusieurs mois

[2Tourteau : ce qui reste de la graine après extraction de l’huile, riche en protéines

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0